Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il est un air à la mode poussé à basse fréquence par les spin doctors de l’Elysée dans tout Paris : les médias sont tous de gauche ou pour le moins ralliés à l’opposition. La presse est suspectée de servir les intérêts du PS pour fomenter l’alternance. Mauvais sondages et retournement de veste, tous des ingrats ces journalistes…  C’est ce que de mauvaises langues répandent et que d’autres naïves répètent. Derrière cette faribole, une défense orchestrée pour décrédibiliser Le Monde & Médiapart en particuliers, pour défendre Woerth envers et contre tout, pour faire oublier les passables résultats sociaux économiques et les polémiques Rom-européennes...

 

Car si j’entends bien que le Nouvel Obs ou Libé sont plutôt classés à gauche-bobo, avec les Inrocks et quelques autres. Le Canard Enchaîné est égal à lui-même, quel que soit le camp au pouvoir. Le Point et L’express ne peuvent être suspectés de sympathies gauchisantes, et pourtant leurs couvertures sont souvent acides vis-à-vis de l’omniprésident.

 

 

A contrario du message des spin doctors, il y a les fidèles et un hommage particulier doit être rendu à monsieur Dassault (père et fils). Je ne peux lire Le Figaro à l’hôtel ou au restaurant, sans savourer cette pravda des temps modernes-ump directement inspirée par l’Elysée. C’est sans doute la seule consolation quotidienne qui vaut vraiment le prix du papier pour le Château. Et sans compter, Bouygues, Lagardère et Bolloré, qui ne sont pas hostiles par intérêts à la popularité de Nicolas 1er. Le patron de France Télévision en fait même des caisses pour signifier son allégeance et entrer en cour, nous y reviendrons.

 

 

OK, Le Monde a glissé dans le camp de l’opposition, devenant sans concession envers l’omniprésident et ses dérives politiques. Mais cela est de salubrité démocratique et ne vaut pas tout un pataquès…

 

 

Comme le soulignait l’expert médiatique, Nicolas Sarkozy, pendant que beaucoup s’émeuvent parce que Le Monde va être renfloué par des non amis officiels du président, on ne voit pas que Le Parisien – Aujourd’hui en France est à vendre. Et Le Parisien, rouage médiatique populaire en Ile de France, pourrait revenir dans l’escarcelle de M. Dassault, déjà honoré plus haut pour fidèle et servile allégeance avec le Figaro.

 

 

La bataille de 2012 se prépare et la maîtrise de l’outil médiatique est au cœur de la campagne. Je parie que Le Parisien / Aujourd’hui en France, finiront dans le portefeuille de Serge Dassault avant Noël, il y mettra le prix et en sera remercié.

 

Le PDG de France-Télévisions, Rémy Pflimlin a posé ses valises dans le paysage médiatique, et il n’y a pas de doute sur ses intentions. C’est un homme désigné par Nicolas Sarkozy qui est là pour défendre les intérêts de son patron. Il le prouve en attaquant frontalement Médiapart. Les journalistes du service public de télévision ont de quoi être inquiets et vigilants…  

 

 

Les journalistes qui seraient tous de méchants gauchistes anti-sarkozistes, vous y croyez encore ? Ecrivez-le à Xavier Bertrand ;-). Les façonneurs d’opinion publique sont à l’œuvre, les citoyens sont en droit de réagir…

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0