Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entendu dans l’émission Crumble sur Inter ce dimanche midi, Périco Legasse, qui a contribué au documentaire « ces fromages qu’on assassine ». Avec des comparses du « bon » goût, sa défense de l’exception française pour une offre de fromages aux goûts très variés, se transforme en acte politique. Car dans le conflit entre deux mondes, celui des firmes multinationales, des grandes surfaces et tenants de la mondialisation alimentaire, contre celui des tenants de la diversité gustative, le fromage est tout un symbole. C’est à la fois un marqueur de notre identité nationale et une revendication politique.

Charles de Gaulle disait « on ne peut pas gouverner un pays qui offre 365 variétés de fromages ». Dans le témoignage de Périco Legasse, il est question de politique et d’altruisme. L’attachement à bien faire son métier d’artisan/agriculteur, celui de boulanger, d’affineur, de céréalier et d’éleveur,…, va bien au-delà de la transaction économique. Car façonner un produit au goût unique (vin, pain, fromage, …) en vue du plaisir qu’en retira le consommateur, c’est défendre l’altruisme contre l’utilitarisme. Toute la société en est transformée ! Plaider pour le plaisir gustatif issu de la diversité et de la qualité des mets – mettant en jeu toute une chaîne d’acteurs respectueux de valeurs sociales et environnementales - contre le goût standardisé et industrialisé, c’est offrir une façon de vivre ensemble alternative à la pensée unique.

 

L’idée que la résistance politique passe aussi par l’assiette, c’est aussi ce que défend le mouvement slow food. Une idée que je fais mienne, pour une mise en pratique autant que faire ce peut ;-).

 

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0