Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pas moins de 7 ministres étaient réunis autour de François Fillon ce 2 décembre, pour décider de l’avenir du photovoltaïque en France. Les professionnels, avaient peur que l’exécutif accouche d’un cadre de marché déplorable, décidé de façon unilatérale. Hors, la réunion interministérielle a arbitré pour un moratoire sur le droit au tarif d’achat de l’électricité solaire (sauf pour les particuliers), avec l’engagement d’une concertation.


 

La question du moratoire doit être vue dans le détail et fera l’objet d’un arrêté dans les prochains jours, pour suspendre de façon transitoire l’enregistrement de nouveaux projets. L’idée est de laisser le marché du résidentiel se poursuivre à son rythme, et d’après les Echos, de permettre aux maîtres d’ouvrage et développeurs pour des installations au sol ou sur les toitures, qui ont déjà payé un premier acompte pour acheter le matériel, de poursuivre jusqu’à la connexion et la signature du contrat d’achat (à noter que cela n’est pas repris dans la communication du Premier Ministre). Pour les autres projets, qui constituent l’essentiel de la file d’attente, c’est la concertation qui décidera de leur sort.

 

Justement, la concertation que les professionnels du solaire (Enerplan, SER) appelaient de leurs vœux il y a quelques jours, va être mise en œuvre parallèlement au moratoire, par Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON. De la discussion avec le secteur, devra ressortir une feuille de route pour la filière solaire française, et une nouvelle régulation du marché photovoltaïque. Cela est attendu pour mars 2011.

 

 

Dans la discussion qui va s’engager, s’il n’y a sans doute pas loin de la coupe aux lèvres pour arriver à un compromis sur la dynamique baissière des tarifs d’achats entre professionnels et pouvoirs publics. En revanche, la limitation du marché à 500 MW/an qu’envisage le gouvernement, ne semble pas acceptable par le secteur. De l’avis d’experts, ce serait une erreur stratégique. Au moment ou l’Allemagne installe cette année une puissance 10 fois supérieure à la France, et que le gouvernement fédéral allemand a un objectif 10 fois supérieur à la puissance qui serait installée dans l’hexagone pour 2020 (52 GW contre 5,4 GW), 500 MW font « petits bras ». Il faudrait en France, comme en Allemagne, augmenter les volumes au fur et à mesure de la diminution des prix d’achat.

 

Rappelons que l’électricité solaire sera compétitive avant 10 ans en France et que le photovoltaïque va devenir indispensable au bâtiment neuf d’ici 2020. Dès lors où l’électricité solaire va devenir une énergie « bon marché », son développement va s’accélérer de manière exponentielle. Les pays absents ou trop timorés industriellement faute d’un marché national conséquent d’ici 2015/20, ne pourront rattraper les leaders. La France, en choisissant de limiter les volumes, pourrait abandonner la course à la compétitivité solaire pour laisser l’Allemagne – et quelques autres pays - faire seuls la course en tête.

 

  

La bonne nouvelle du jour, c'est que les mesures à propos du photovoltaïque en France,ne sont pas si mauvaises qu’envisagé ;-). Il faut parfois savoir se réjouir de peu…

 

 

Tag(s) : #Solar Buzz

Partager cet article

Repost 0