Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ben Ali a été renversé par la rue, après quatre semaines d’émeutes et de manifestations, le président tunisien a quitté le pays ce vendredi 14 janvier. Le premier ministre Mohammed Ghannouchi a remplacé Ben Ali, qui a quitté le pays après une nouvelle journée de tumultes.

 

Chose « inespérée », cette révolution du jasmin 2011, déterminée, pacifique et digne, tourne la page de 23 ans de régime Ben Ali dans une relative douceur. La Tunisie peut être fière de sa jeunesse, qui s’est indignée jusqu’à devenir le changement en marche qui ouvre une nouvelle ère.

 

Oui, il y a eu des morts, 50, 60 ou 70, peut être 80 depuis décembre. Ce sont toujours trop de morts, mais c’est tout de même peu par rapport à l’évolution majeure que vit le pays. 1789 en France avait été plus sanglant…

 

Je n’arrive pas à joindre mes contacts tunisiens, leur réseau GSM ne fonctionne pas/plus à l’heure où je fais ce billet. Je leur envois de très chaleureux de vœux de paix, pour que cette révolution du jasmin au cœur de l’hiver 2011, s’ouvre sur un printemps souriant et démocrate.

 

 

« Ben Ali barra barra » [Ben Ali à la porte], le peuple a pris son destin en mains pour mettre à la porte « son » dictateur qui l’oppressait depuis trop longtemps. Sans l’aide de la France – Mme Alliot Marie, ministre des affaires étrangères de Sarkozy a proposé d’aider les forces de police de Ben Ali – de façon intergénérationnelle, les tunisiens se sont délivrés seuls de l’oppresseur et des voleurs. Cela va sans doute donner des idées aux algériens ;-)…

 

Les USA et l’Europe auront, par leur prises de positions diplomatiques à l‘endroit de Ben Ali, aidé le peuple tunisien. La France sera restée, jusqu’au bout, du côté du dictateur…

 

Si Ben Ali est tombé, c’est aussi qu’il a été lâché par les forces économiques du pays. Au-delà des clans et des mafieux proches du pouvoir, tels les Trabelsi, les acteurs de l’upper-class tunisienne ont vu plus de mal que de bien, au maintien de Ben Ali. Baisse significative de la bourse de Tunis, risque d’abaissement de la notation financière du pays par les agences internationale, grève générale, …, la révolte de la rue commençait à gagner l’économie déjà malmenée par la crise internationale et la baisse du tourisme.

 

 

Je vais suivre ce qui se passe dans les heures qui viennent, pour mettre à jour ce billet

 

MAJ 11/01/14 – 20h35

   

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0