Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Journal Du Dimanche (JDD.fr) a décidé de fêter l’anniversaire de la catastrophe de Fukushima en lançant un pavé dans la mare de l’atomcratie française. Il sort ce dimanche 10 mars 2013 un article en exclusivité sur un rapport confidentiel de l''Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) de 2007, qui estimait que le cas extrême d'un accident majeur en France coûterait jusqu'à 5800 milliards d'euros. Bien loin des estimations publiées en février 2013 dans une autre étude de l’IRSN, avec 430 milliards d’euros comme coût d’un catastrophe nucléaire en France, somme déjà astronomique et exorbitante !!!


Dans l’étude de 2007 menée par l’IRSN, il s’agit d'étudier une série de scénarios catastrophes sur la centrale nucléaire de Dampierre en Burly (45) et d'évaluer leurs conséquences économiques, sanitaires etenvironnementales. L’étude restée secrète plus de 5 ans avant d’être révélée par le JDD, estimait un coût du "cas de base" à 760 milliards d'euros, alors qu’une catastrophe de type Tchernobyl faisait s’envoler la facture à 5 800 milliards d’euros !!!

 

Plus de 3 années de PIB français risqués pour une catastrophe nucléaire majeure en France à Dampierre dans le Loiret, cela semble très très cher comme risque. L’étude ayant été conduite avant Fukushima, on comprend qu’elle soit restée secrète dans un pays atomcratique…

 

A l’heure du débat national sur la transition énergétique, je remercie le JDD d’avoir mis en lumière cette étude de l’IRSN, qui apporte des éléments nouveaux sur le risque nucléaire en France. Notons que dans un communiqué publié dimanche 10 mars, l'IRSN affirme que le chiffre de 5800 milliards d'euros est fort peu réaliste, les calculs de 2007 ayant été réalisés selon des hypothèses et des outils très simplifiés... L’économiste de l’IRSN en charge des deux études, M. Momal, reconnait  aujourd’hui une fourchette allant de 250 milliards à 1000 milliards d'euros au maximum pour le scénario le plus grave…

 

Le cas extrême chiffré à l’époque table sur l’évacuation de 5 millions de personnes sur une zone de 87.000 km², (soit l’équivalent de deux grandes régions françaises) avec une contamination au césium 137 d’environ 90 millions d’européens. 1000 milliards à la place de 5800 milliards d’euros, peu importe, ce sont des chiffres qui donnent le vertige. Quand on sait que la centrale nucléaire de Dampierre en Burly présente le moins de densité de population alentour que les autres centrales françaises, cela laisse songeur…


Tag(s) : #France atom’cratique

Partager cet article

Repost 0