Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Finalement, Frédéric Errera le pdg de CPC Solabios, a repris contact avec moi. Pas pour de nouveau menacer de me poursuivre, suite à mon billet qui dénonçait une arnaque à l’éthique concernant son offre solaire, mais sur un ton plus conciliant. Après quelques échanges de courriels, j’ai voulu lui donner la parole.

 

Je publie ci-après son « droit de réponse » et mes commentaire à la suite.

« Ce qu'il faut bien comprendre dans un premier temps c'est que ceux qui gagnent le plus sont les fabricants de cellules (en moyenne entre 300 et 700 % de marge). Cela peut vous paraître énorme, mais vérifiez et vous verrez que je ne raconte pas n'importe quoi. On pourrait aujourd'hui se passer de subvention si les marges des fabricants diminuaient.

Deuxièmement en France et dans l'intégré en toiture, il y a une contrainte car nous installons uniquement du système en tuiles photovoltaïques qui coûte beaucoup plus cher.

Au niveau des prix, dans la plupart des projets il faut payer le bâtiment à construire (environ 0,5 € le WC)

Ensuite le prix de la tuile et de l'installation (3,5 Wc)

Les commerciaux ne travaillent pas gratuitement et donc il faut animer, former et gérer tout ce petit monde sans compter le marketing (le tout pour un peu plus d'un euro le WC)

Je vous compte même pas le raccordement EDF (on n'est pas sur de l'installation pour le particulier) alors si il faut faire 500 m de câblage, je vous dit pas le coût (on va dire en moyenne 0,5 € le WC).

Et puis la masse salariale de l'entreprise, les avocats fiscalistes, l'AMF pour qu'on soit parfaitement en règle avec la législation française.

Et enfin le propriétaire qui touche une prime au départ ou sur toute la durée de la location. Donc comment comparer une installation professionnelle et un kit de 20 m² chez le particulier ???

Je pense que je n'ai rien oublié. Donc on arrive à un prix d'achat de la centrale hors marge Solabios de l'ordre de 6 € (si c'est un projet propre car dans le cas contraire, il faut aussi payer l'apporteur de projet : 0,5 € le WC)


On pourrait diminuer le prix en utilisant du panneau chinois mais nous préférons faire travailler la France ou l'Europe et c'est plus sûr surtout en cas de pépin. 

J'aimerais bien marger deux fois, mais ça tient pas la route surtout si on a un projet sur Bordeaux ou Toulouse où nous nous engageons de reverser 8% (et c'est pas le TRI)

Car là nous empruntons pour le compte de nos clients, ce qui fait que le TRI au final pour l'investisseur dépasse les 10% (sans compter la défiscalisation dans le cas des Holding). Essayez d'emprunter entre 100 000 et 2 000 000 € pour un projet auprès de votre banquier, c'est quasiment impossible. On n'est pas sur du 20 000 € pour la maison.

Donc au final, ok on gagne de l'argent mais pas plus ni moins qu'un promoteur immobilier ou qu'un installateur de centrale pour les particuliers (30% de marge en moyenne). Et encore certains sur les kits avec du chinois sont plus près des 50 %. D'ailleurs cette marge risque de diminuer dans le futur, car il sera de plus en plus difficile d'avoir le tarif à 60 cts (on sera à mon avis plus sur le semi intégré à 45 cts)

Pour info, un de mes concurrents va proposer des rendements autour de 6,5% sur une holding et une grande banque dont je ne citerai pas le nom car c'est confidentiel, sera autour de 5,5%.


Ils ont fait le choix d'avoir une marge plus confortable, mais n'oublions pas que nous sommes aussi producteur d'électricité et que nous ne vivons donc pas uniquement de la revente de centrales clefs en main. Nous pouvons donc nous permettre de redonner un peu plus à nos investisseurs qui sont en général de très gros contribuables et qui se mouillent avec nous dans nos montages dans un co-financement.

Donc voilà, je n'ai pas à rougir des performances données à nos investisseurs qui de toute façon ne pourraient pas investir car la plupart n'ont pas de toiture.

 

Maintenant si il faut travailler à 0% de marge, pourquoi pas, mais on serait dans un système comme l'URSS ou CUBA. Si cela vous tente, pas moi.

Et ceux qui font la morale sur certains blog ne devraient pas investir en bourse car gagner 30% non pas en un an mais en une semaine ou un mois, ça ne les choquent pas (d'ailleurs sur Solabios, certains on gagné 100 % en deux mois, faites le calcul) De plus le revenu du travail est bien plus taxé que celui de la finance, cela m'énerve d'autant plus quand j'entends ce genre de discours. »

 


 

Mon commentaire sur cette réponse :

 

Je ne crois pas que l’industrie solaire fasse des marges « de 300 à 700 % », comme l’affirme M. Errera. L’industrie solaire est mondiale, avec une offre largement supérieure à la demande. Il n’y a qu’à regarder les comptes du top 10 de l’industrie du photovoltaïque, pour constater que cet argument est farfelu. Mais passons, là n’est pas le principal de la contribution de M. Errera

 

Sur les « chiffres ouverts » de l’offre Solabios, je suis circonspect.

D’une part, je suis dubitatif sur la construction d’hangars agricoles alibis, pour faire des centrales solaires sur pilotis. D’un prix de revient à 4 €/W, ils ne justifieraient pas cette débauche de frais commerciaux et de marketing (plus d’1 €/Watt), pour écumer la campagne en vue d’encaisser 60 c€ pour tous les kWh qui seront vendus pendant 20 ans. Ces frais commerciaux qui peuvent encore subir l’inflation de l’apporteur d’affaire… Auxquels on ajoute les frais de structure, semble-t-ils plus élever pour les coûts de droit et de fiscalité, que pour les compétences techniques. Pour en arriver à un coût de plus de 6 €/Watt, hors marge de Solabios (30%), qui fera ressortir un coût final de plus de 8 €/W, soit le même prix ou plus que madame Michu qui installe un kit de 20 m². Et deux fois le prix de revient brut d’une installation de grande taille. Difficilement « compréhensible », alors que la taille des projets devraient aboutir à des effets d’échelle.

En fait si, ce que je comprends des explications chiffrés du PDG de Solabios, c’est que tout le monde se gave au passage avec du solaire packagé : avocats, fiscalistes, collaborateurs, … et les investisseurs bien traités (10 % avant défiscalisation). Le solaire apparaît comme une sorte de bulle économique, où l’on peut bien gagner sa vie au frais de la manne publique. Avec en sus, la prime aux bons sentiments de faire quelque chose de bien pour la planète… Y a qu’un grincheux comme moi, pour trouver à y redire.

Solabios n’est qu’un petit poisson dans ce vivier d’affairistes, où de grands groupes s’activent pour faire tourner la machine à cash, le temps que ça durera... Alors que le module PV se négocie à moins 1,5 €/W et la membrane autour d’1€, il est folie de laisser des tarifs trop généreux (60 c€/kWh pendant 20 ans) qui entraînent des dérives spéculatives qui entachent l’éthique d’un secteur. On ne peut bâtir une nouvelle filière énergétique en comparant sa rentabilité à de l’économie casino. Et si je me pique d’un peu de morale, c’est que je n’investis pas en bourse.


Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0