Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La conférence environnementale des 14 et 15 septembre, ouverte par le Président François Hollande et conclue par le Premier ministre est « tempérée », pas trop radicale ni trop conservatrice, avec un brassage de grandes idées, quelques annonces et peu de concret pour le moment. Une conférence pour aller dans le bon sens donc, qui n’insatisfait pas les ONG et qui inquiète un peu le MEDEF alors que les deux camps seront vigilants sur la suite qui sera donnée… L’exécutif dit ne pas vouloir sacrifier la préservation de l’environnement à la crise économique et sociale mais au contraire de s’en servir comme une opportunité pour créer des emplois et générer une nouvelle économie… On jugera sur pièces ces bonnes paroles au fil des semaines/mois/années.


François Hollande a endossé le costume de Président bon ami des écolos dans son discours inaugural, en se montrant ferme sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Alsace) d’ici à fin 2016 et en fermant la porte à la fracturation hydraulique pour l'exploitation des gaz de schiste. Fermer Fessenheim – la plus vieille et dangereuse centrale atomique française - était devenu un symbole politique. Au programme du candidat, le président tient son engagement,  n’en déplaise aux ultras de l’atom’cratie. Sur le gaz de schiste, Hollande est en deçà de la position tenue quand il était député dans l’opposition face au gouvernement Sarkozy qui faisait voter une loi pour interdire la fracturation hydraulique pour l'exploitation des gaz de schiste. Il ne pouvait pas faire moins que siffler la fin de la récréation pour les ministres et caciques parisiens en tous genres, sensibles à la petite musique que chantait le lobby du gaz de schiste depuis l’été…  

 

Je ne sais pas si le gouvernement a recruté un Harry Potter à la baguette verte, mais pour passer au rythme d’un million logements par an en rénovation énergétique, il va falloir plus qu’une déclaration et des bonnes paroles. L’objectif est ambitieux et nécessaire à la réussite de la transition énergétique, toutefois elle va demander de gros moyens et la coordination/émulation d’un nombre d’acteurs très diffus… Quand il y a une volonté, il y a un chemin dit-on, espérons que le chemin ne soit pas trop semé d’embuches pour devenir vertueux…

 

 

Il va falloir être très attentif à la feuille de route sur la transition énergétique, que doit publier le gouvernement dans la semaine à venir, pour finir de se faire une idée sur le niveau de verdissement du gouvernement. Comme le diable est dans le détail et que cette feuille de route n’a pas été dévoilée, je ne vais pas me contenter de l’annonce d’un appel d’offre pour les éoliennes off-shore et d’un pour les grandes centrales solaires pour sauter au plafond et applaudir des deux mains une conversion à l’énergie verte et répartie.

 

 

Ne pas reculer, est-ce avancer ? Oui, répondrons surement les cyniques et réalistes qui voient le jeu des lobbys se dérouler à Paris et ailleurs. Les tenants et profiteurs du monde d’avant la transition écologique vont tout faire pour ralentir cette transition, tenter de la dévoyer ou même de l’empêcher… Au niveau des apparences écologistes de la politique et des engagements, l’exécutif Hollande/Ayrault a tenu bon. Voyons ce que cela donnera à l’épreuve du temps…

Tag(s) : #Ecolo-politique.gouv.fr

Partager cet article

Repost 0