Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Président de la République avait fait un discours remarquable en ouverture de la conférence environnementale du 14 septembre, le Premier ministre avait été honorablement écolo pour un partisan de la croissance, dans son discours de conclusion le 15 septembre. Le secteur des énergies renouvelables était suspendu à la feuille de route à venir…


Et puis jeudi 20 septembre est sortie la feuille de route pour la transition écologique, sorte de reporting enrichi du Grenelle de l’environnement barnum vert de Hollande, sans mesures d’urgence adaptées pour le secteur solaire. Il n’a pas repris les mesures demandées par les organisations professionnelles, les ONG et les collectivités régionales. Le point 12 de cette feuille de route qui traite de l’énergie solaire (voir en fin de billet) se résume à « oui au développement du solaire mais pas trop vite et pas trop fort, de préférence « made in France »,  bride un peu desserrée (ralentissement de la baisse du tarif d’achat) et favoritisme des grands groupes (procédure d’appel d’offre, temps dilaté et complexité) ».    

 

Si le Président a bien dénoncé les 10 000 emplois perdus dans le secteur photovoltaïque français dans son discours, son gouvernement a décidé de ne rien pas faire grand-chose pour sauver la dizaine de milliers d’emplois qui subsistent. Le gouvernement a arbitré de ne pas traiter l’urgence maintenant, alors que le secteur est rudement malmené depuis 18 mois. L’ordonnance du docteur Ayrault en s’abstenant de prendre des mesures adaptées pour le secteur solaire est un signal politique clair, on laisse aller la casse sociale. Activée par Sarkozy, poursuivie par Hollande, la politique de l’éteignoir du secteur photovoltaïque français en faisant mine de vouloir le sauver, est dictée par des intérêts particuliers qui veulent maintenir les français dans la dépendance nucléaire le plus longtemps possible. Ce n’est pas le ministre du redressement productif qui va sourciller…

 

C’est affligeant mais c’est symbolique au pays de l’atom’cratie, où les gouvernements passent et le Corps des Mines reste aux manettes... L’atom’cratie marque contre la démocratie, elle  laisse au politique la parole verte libre mais tient la plume pour écrire les mesures. Son objectif, ralentir le développement de l’électricité décentralisée, est relayé par la technostructure biberonnée à l’atome aux plus hauts niveaux de l’appareil d’Etat.    

 

 

L’élite atomcratique a bien compris et intégré que l’électricité solaire allait progressivement devenir moins chère que l’électricité conventionnelle distribuée. La décentralisation d’une électricité multi-répartie gène son modèle hyper-centralisé, elle  heurte sa culture jacobino-colbertiste. Alors, elle torpille son développement en coulisse. Toujours ça de fait pour retarder/empêcher une transition énergétique qui réduirait la part du nucléaire. Le lobby de l’atome est mobilisé, en guerre pour temporiser la promesse de Hollande d’abaisser la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d’électricité ! Résolument contre une transition énergétique pour moins d’énergie nucléaire à moyen terme, la bête se défend et profite d’être un Etat dans l’Etat.

 

L’atom’cratie a remporté la première manche, avec une feuille de route de transition énergétique qui ne libère pas le potentiel éolien et saborde les survivants du solaire de Sarkozy/Fillon. Une provocation écolo pour le lancement du débat public sur la transition énergétique !!!

 

La seconde manche va se jouer sur le terrain de la décentralisation. Alors que la parité réseau est à une portée d’années, il y a sans nul doute de nouveaux modèles économiques à inventer avec l’autoconsommation de l’électricité solaire. Les Régions abondées de moyens européens, pourraient favoriser l’émergence de ces nouveaux modèles. Résistance « girondine » qui ne voudrait pas se faire voler son autonomie énergétique locale, les collectivités locales vont entrer dans la danse…Cela va animer le débat national !



 

Feuille de route pour la transition écologique :

"12. La filière solaire sera pleinement soutenue en privilégiant un haut niveau de normes pour garantir la qualité de l’offre française et européenne. Un appel d’offres sera lancé avant la fin 2012 pour favoriser de grandes installations ciblant des technologies innovantes et le développement économique local. Cet appel d’offre privilégiera les grandes toitures pour éviter la consommation d’espaces agricoles. Les volumes cibles déclenchant l’ajustement tarifaire pour les installations de petite taille seront immédiatement significativement revus à la hausse, en prenant en compte le retour d’expérience sur les projets effectivement réalisés depuis mars 2011.

 

Les tarifs d’achat pour les installations relevant de l’intégration simplifiée au bâti et, pour les bâtiments non résidentiels, de l’intégration au bâti seront assortis d’une bonification d’au plus 10%en fonction de l’origine des composants des panneaux photovoltaïques. La baisse annuelle des tarifs d’achat sera plafonnée à 20%".

 

Tag(s) : #Ecolo-politique.gouv.fr

Partager cet article

Repost 0