Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Laurent Wauquiez doit trop fréquenter Patrick Buisson, le conseiller de Sarkozy et Brice Hortefeux, le co-directeur de campagne du raïs pour 2012. Son attaque contre le RSA et l’assistanat « cancer de la société française », pour monter les pauvres contre les pauvres et faire oublier que dans le même temps, le gouvernement réduit à rien l’impôt de solidarité sur la fortune des plus riches, est tout simplement indécente. Le « cancer » de la société française n’est pas tant « l’assistanat », que le chômage et l’explosion des inégalités.


Wauquiez, ex-ministre de l’emploi (et du chômage) a failli dans son précédent poste, et maintenant il tape sur les sans emplois en fin de droits qui ont basculé dans le RSA. Etonnante diatribe d’un ministre venu du pôle social de la droite, qui se retrouve à flirter avec une posture à droite de la droite. Wauquiez a-t-il vendu son âme contre un plat de lentilles ?

 

Etonnante si l’on n’a pas lu le Canard Enchaîné de cette semaine. Il est question de l’opération Wauquiez sur le SRA, comme une opération téléguidée par l’Elysée, Buisson et Hortefeux aux manettes. Ce dernier affiche clairement le virage à tribord pour 2012 : « J’en ai marre que l’on dise que la ligne Buisson est une abomination…, ce doit être notre ligne à tous, une ligne de survie. Ceux qui à l’UMP, sont dans une posture morale seront balayés par les électeurs, qui en ont assez de notre pudeurs excessives et des leçons de morale. Ne vous trompez pas : cette vague vers le FN, ou on la contrôle et l’accompagne, ou elle nous engloutit ». Et le même Hortefeux d’ajouter « bien sûr que la présidentielle est gagnable. A condition d’oser proposer des mesures que le Front National hésite à mettre en avant ».

 

Cela a le mérite d’être clair, la campagne de Sarkozy pour 2012 se prépare avec de l’encre brune, pour taper sur les assistés, traquer les émigrés et les grappilleurs d’aides sociales. La sortie de Wauquiez sur le RSA est un marqueur de cette ligne, un ballon d’essai avec des éléments de langage calibrés pour heurter, cliver et polémiquer.

 

 

Reste que cette stratégie électorale, qui fait courir l’UMP derrière les idées d’extrême droite, alors que le FN infléchit son discours dans une nouvelle doxa national socialisme des années 30 allemandes (l’antisémitisme en moins), ouvre un boulevard au centre. Proposer de cliver d’avantage après avoir clivé pendant cinq ans, a le mérite de la continuité. Mais cela fracture le camp de la droite, écarte les centristes, gaullistes, démocrates chrétiens, radicaux, …, du vote Sarkozy. La chasse aux voix à droite de la droite, le discours et les postures populistes sont d’une aigreur trop forte pour ceux qui pensent que le pays qui a besoin de cohésion.  

 

Tag(s) : #Elections 2012

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :