Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Au gré d’une pérégrination marseillaise, se retrouver à la Vieille Charité et de là, entrer dans la librairie Regards. Une bonne adresse pour le goût de l’esprit, sise au cœur d’un havre de paix et de sérénité. C’est là que mon regard a été accroché par un numéro vieux de trois ans de La pensée de midi, le n°13, La cuisine, un gai savoir - été 2004. Comme cette revue littéraire et de débats d’idées est quasiment impérissable, que vous pouvez la consulter en ligne, c’est à lire sans modération. Je recommande toutefois de commander en ligne les numéros déjà parus ou de s’abonner, pour le plaisir de lire et relire dans le confort du livre, tout en soutenant une équipe éditoriale qui mérite d’être reconnue.piana-copie-1.JPG

 

Une revue qui fait vivre la pensée méditerranéenne. Je reviendrai plus tard sur la formidable et riche aventure éditoriale de La pensée de midi, née avec le printemps de l’an 2000. Je voudrais avant, vous faire entrer par un plaisir premier, celui de manger, dans le territoire de cette pensée.

 

Un sujet de villégiature me direz vous. Peut-être, et alors ? Nous sommes encore en août, les légumes sont gorgés de « vrai » soleil, et manger est un acte art de civilisation. C’est une lapalissade que d’écrire que la cuisine est échange, partage, importation, médiation, qu’elle peut vous transporter vers des plaisirs rares, qu’elle est une des bases sociales de l’humanité. Voilà, nous sommes au cœur du problème, l’humanité, et la cuisine est un ciment civilisationnel de notre histoire commune autour de mare nostrum. L’odyssée des aromates vous donnera une cartographie, avant de parcourir le goût du monde. Ce n’est pas parce que la cuisine méditerranéenne est recommandée  pour l’OMS que je m’en régale. C’est parce qu’elle est un juste équilibre entre saveurs et parfums, que les fondamentaux de l’art de bien manger y sont préservés, qu’elle est conviviale par essence, et que la frugalité peut y être sublimée par le goût. A l’heure des fast food et autres junk food, c’est important d’être relié au vrai temps, le temps humain qui sait ce que quelques heures de cuisson à basse température peuvent révéler, pour élever un simple ragoût de figatellu aux poids chiches. Manger à l’heure du temps humain, c’est lutter contre l’uniformisation, c’est rapprocher producteurs et consommateurs, pour se positionner entre éthique et plaisir, avec une visée éco-gastronomique être en phase avec Carlo Petrini, fondateur du fameux mouvement slow food. Manger à l’heure du temps humain, c’est avoir le goût de l’autre…

 

 

Pour conclure ce billet, je voudrais féliciter l’équipe de La pensée de midi. 7 ans qu’elle combat l’idéologie de la peur, qui voudrait gagner les consciences pour nous faire croire à un clash des civilisations dans une nouvelle guerre civile mondiale. Je regrette sincèrement, que la Ville de Marseille ne soutienne pas, ne serait-ce qu’un peu cette revue, surtout que la citée phocéenne est candidate pour être capitale européenne de la culture en 2013. La réalité politique clanique est sans doute trop difficile à dépasser pour forger une politique culturelle pluraliste, alors que la Pensée de Midi est soutenue par la Région, mais c’est une autre histoire…

 

Ecrite et réalisée à partir de Marseille et coéditée par les éditions Actes Sud, La pensée de midi est à la fois inscrite dans son territoire, la Provence et la Méditerranée, et en ouverture sur le monde et ses problématiques contemporaines. “La pensée de midi” est une image, inventée par Camus, pour ouvrir l’horizon et s’opposer au nihilisme de la violence totalitaire, comme à l’absurde qui s’est emparé d’une grande partie du XXe siècle européen. Cette pensée est pus que jamais nécessaire, tant il convient d’être critique sur le monde tel qu’il va. Merci à l’équipe de Thierry Fabre de faire vivre ce lieu de parole et de débat, de réflexion et de controverse, un lieu pluriel dans son propos, un lieu unique pour l’indépendance de la pensée et l’exigence de l’écriture, avec le souci du monde et le goût pour la création. Continuez d’être les dépositaires de cet “héritage précédé d’aucun testament”, en invitant toujours plus de personnes à le partager.

 

Tag(s) : #heloim.sinclair

Partager cet article

Repost 0