Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après un billet à chaud dimanche avant 20h sur Sarkozy battu et les conséquences pour la droite et les français, j’y reviens à froid avec en tête le relativement bon score du sortant-sorti. La résilience dont il a fait preuve dans les urnes, n’invalide pas la dérive vers l’extrême droite du candidat de l’UMP. Si la piste « buissonnière » a mené à la défaite, cela aurait-il été pire ou mieux avec un positionnement plus central ? La course derrière la thématique FN (immigration, frontière, …) a-t-elle permis de limiter la casse électorale ou au contraire a-t-elle été source de fuite d’électeurs martyrisés dans leurs valeurs ? Les plus de 48% de Sarkozy au second tour ne permettent pas de trancher ces questions. Sans réponse claire, le bateau de la droite devient bigrement dangereux et va se prendre des coups de vent d’ici les législatives et la tempête après.
5 familles UMP rue 89
Ainsi avec la défaite de leur « grand chef », la recomposition de l'UMP va s’organiser dans la douleur et le conflit, autour de 4 familles/courants avec en sus celle des sarkozistes orpheline (Illustration rue 89 qui fait un bon article sur ces familles/courants). Entre les humanistes et la droite populaire, c'est le grand écart absolu et c’est une ligne de fracture qui aura du mal à résister jusqu’aux législatives ... A la question simple de que faire en cas de triangulaire PS/FN/UMP où l’élu UMP arriverait 3ème au 1er tour, les humanistes (centristes) de l’UMP diront qu’ils voteraient sans discuter pour le candidat PS pour faire barrage au FN, alors qu’à la Droite Populaire, on dira question d’alliance au cas par cas...
A ce grand écart des valeurs, ajouter une bataille d'égo et d'intérêts pour 2017 et ça devient explosif... La guerre des chefs sera feutrée jusqu’aux législatives, et si Copé « partage » un peu la direction de l’UMP en reconnaissant des courants, ça lui permet tactiquement de partager un peu la probable défaite de son camp en juin. Il a un peu verrouillé le parti en casant des proches, toutefois, tout cela reste fragile et tout dépendra des résultats aux prochaines législatives, à la fois pour les têtes d’affiches de l’UMP (Copé, NKM, Le Maire, Pécresse, Peltier…) et du niveau du reflux national de la vague bleue 2007 en 2012. Les législatives vont rebattre les cartes, d’aucuns ne seront pas élus députés et l’étiage national serait synonyme de défaite personnelle de JF Copé.
D’ici les législatives, un peu savourer à gauche et compter les coups que vont se porter les différentes familles. Chantal Jouanno, sénatrice UMP qui avait osé l’ouvrir avant le second tour de la présidentielle, continue d’envoyer le bois contre la dérive d’extrême droite de l’UMP et sa « droite populaire ». Ce mardi matin 8 mai, sur France Inter, elle se lâche au nom des valeurs et tâcle JF Copé…
 
 
Alain Juppé a saisi que les législatives ne seraient pas porteuses pour lui (Bordeaux a voté majoritairement Hollande), aussi il a annoncé qu’il ne se présentait pas pour officiellement se concentrer sur son mandat de maire de Bordeaux. Au sein de l’UMP, il incarne un recours « neutre » pour pacifier les relations entre « courants » et pourra aussi neutraliser JF Copé…
 
Les modérés sont-ils en passe de l’emporter sur les faucons ? La culture du front républicain face au FN qui devrait émerger d’ici aux législatives, me laisse à penser que l’UMP pourrait intégrer l’impasse de l’extrême droitisation. A suivre…
Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0